Wikia

Wiki Warcraft

Varok Saurcroc

Commentaires7
3 783pages sur
ce wiki

Redirigé depuis Haut Seigneur Saurcroc

Horde 32
Haut Seigneur Varok Saurcroc
Saucroc JCC
Titre
<Haut Seigneur de la Garde Kor'kron > <Commandant suprême de la Puissance de Kalimdor> <Saurcroc l'Ancien>
Sexe
Mâle
Race
Orc
Niveau
83
Classe guerrier
Faction
Alliance
Horde
Ancienne(s) affiliation(s) Ancienne Horde , Clan Rochenoire
Occupation Suzerain de l'Offensive Chanteguerre
Localisation
Statut Vivant
Parenté Broxigar (frère); Saurcroc le jeune (fils) Thura (nièce)

Le Haut Seigneur Varok Saurcroc ( Angl.  High Overlord Varok Saurfang) est un légendaire guerrier de la Horde qui a servi comme commandant de l'effort de guerre contre Ahn'Qiraj et qui diriga l'Offensive Chanteguerre après avoir été chef des Kor'Kron contre le Fléau dans le Norfendre.


Saurcroc

Saurcroc à Orgrimmar

HistoireModifier

Varok Saurcroc est à l'origine un membre du Clan Rochenoire[1]. Il se mit au service de la Horde après avoir bu le Sang de Mannoroth aux côtés de Grom Hurlenfer. Varok mena les troupes à la victoire lors de nombreuses batailles telles que les mises à sac de Shattrath et de Hurlevent jusqu'à ce que la Horde soit mise en déroute à la fin de la Seconde guerre.

Lorsque Orgrim Marteau du Destin prit le contrôle de la Horde pendant la Première guerre, il choisit de nommer Varok Saurcroc comme second car il connaissait son talent de stratège aux techniques brutales.

Plus tard, lorsque les orcs furent libérés de la malédiction du sang que leur avait infligé Mannoroth par le sacrifice héroïque de Grom HurlenferVarok aida des dizaines de vétérans à surmonter les atrocités qu'ils avaient commises, sauvant ainsi la vie de nombreux grands soldats de la Horde. Certains prétendent que Saurcroc aurait tranché en deux 3 hommes d'un mouvement... de sa main. Varok est un Vétéran connu et estimé de la Première, Deuxième et Troisième guerre.

Contrairement à d'autres, Varok n'a jamais justifié ses actes en se cachant derrière l'influence de la Malédiction du Sang car il n'a pas oublié qu'ils avaient librement choisi de boire le sang de Mannoroth. Malgré cela, avoir bu le sang du démon et les actions qui résultèrent de son influence néfaste le hantent chaque jour .

Bien que les orcs soient très friands de viande porcine, les cris que les bêtes poussent lorsqu’elles sont égorgées lui rappelle ceux des enfants Draeneïs qui furent massacrés et beaucoup d'anciens combattants comme Varok sont souvent tourmentés par ces souvenirs. Cela le perturbe tellement qu’il refuse aujourd'hui de manger du porc. Il n'hésite jamais à partir en guerre pour défendre son peuple et la Horde. Cependant, il n'est plus celui qui lancera les hostilités. Il fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter le déclenchement d'une nouvelle guerre, tentant de convaincre, ou si il le faut, en utilisant la force.

Son frère, Broxigar, fut envoyé dans le temps pendant la période de la Guerre des anciens et il y mourut dans la glorieuse bataille finale contre la Légion ardente. La femme de Varok est morte lors de la période d'ouverture de la Porte des ténèbres pour la première fois et son corps fut incinéré à Nagrand. Avant qu'elle ne s'éteigne, Varok lui promit que leur fils, Dranosh, ne serait d'aucune façon touché par la corruption et qu'il ne traverserait pas la Porte : il resterait sur Draenor. Dranosh vécut dès lors caché à Garadar par les anciens jusqu’a que la Horde entre en guerre contre le Roi-liche.

World of warcraft ClassiqueModifier

Varok était en poste à Orgrimmar dans la Vallée de la Force où il faisait respecter les ordres du Chef de guerre Thrall. C'est lui qui fût choisi pour annoncer la mort du fils d'Aile-de-mort : Nefarian, aux citoyens d’Orgrimmar.

Les portes d'Anh'QirajModifier

Quand la Seconde guerre des Sables changeants débuta, Varok fût envoyé au front en Silithus. Il était le  Commandant suprême de la Puissance de Kalimdor, une faction où la Horde et l'Alliance étaient alliées contre le danger que représenta l'invasion Qiraji orchestrée par C'Thun. Il tenu un discours qui permis aux membres de la Horde et de l’Alliance, de combattre côte-à-côte pour le salut de Kalimdor et ce malgré leur passé d’ennemis.

La Colère du Roi-LicheModifier

L'Invasion du FléauModifier

Peu de temps après avoir repoussé Kil'jaeden qui essayait d'envahir Azeroth en utilisant le Puits de Soleil comme portail sur l'île de Quel’Danas, Arthas, devenu le Roi-Liche, se réveilla de son long sommeil et envoya ses Nécropoles déferler sur le monde. Varok était alors présent à Orgrimmar et il défendit la ville avec bien d'autres héros et champions de la Horde. Il dit à Thrall qu'avec une telle menace qu'était le Fléau, il fallait agir en conséquence mais avec prudence. Garrosh, qui écoutait la conversation, n'était pas de cet avis. Pour lui, il fallait écraser l'ennemi sans sommation, traitant le fils de Durotan de pleutre ce qui amena à un duel entre eux. Alors que Garrosh avait le dessus, ils furent interrompus par une attaque du Fléau. Lorsque la bataille fût finie, Thrall demanda à Varok de mobiliser les troupes et de partir en guerre dans le Norfendre.

L'Offensive ChanteguerreModifier

Varok prit poste officiellement en tant que conseiller de Garrosh Hurlenfer au Bastion Chanteguerre. Cependant, il fut choisi pour garder un œil sur Garrosh. Il commandait les Kor'Kron en Norfendre et craignait de voir ressurgir la folie sanguinaire des orcs, à cause des tactiques sauvages mais fructueuses utilisées par le fils de Grom.

Au cours d'une discussion au sujet de la stratégie à adopter concernant la progression dans le Norfendre, Garrosh se montra impatient et présomptueux malgré les bons conseils de Varok. Ce dernier le compara à son père Grom et ne manqua de lui rappeler qu’ils avaient combattu ensemble avant qu'il ne les libère de la malédiction du sang dans un geste héroïque. Varok finit son histoire en menaçant de tuer Garrosh de ses propres mains si ce dernier prenait cette même voie sombre que lui auparavant.

Plus tard, l’un des champions de la Horde fût envoyé épauler le Traqueur des ombres Getry dans une mission suicide visant à tuer un puissant et important agent du Fléau : le Nécro-Seigneur Varidus le Dépiauteur. Cependant, ils échouèrent et alors qu'ils étaient sur le point d'être exécutés, Varok Saurcroc déguisé en sectateur du Fléau apparut et les libéra. Tous les trois purent venir à bout de Varidus et de ses sbires. Le champion et Getry furent honorés de combattre aux côtés du héros de guerre qu'est le Haut-seigneur Varok Saurcroc mais celui-ci leur demanda de ne pas mentionner sa présence ici lors de leurs futurs rapports[2].

La Bataille D’Angrathar, Le portail du courrouxModifier

Lors de la bataille pour Angrathar le portail du courroux, la principale entrée de la Couronne de glace, Saurcroc le jeune mourût en combattant le Roi Liche, trahi par le Grand Apothicaire Putrescin. Le héros de la Horde qui avait vu la scène depuis le camp des Kor'kron fût chargé de rapporter son armure à son père Varok. Cette nouvelle attrista fortement Varok mais l'empli de fierté car son fils est mort dans l’honneur.

Les champions de la Horde furent envoyés à Fossoyeuse et parvinrent à la reprendre aux traîtres. Cependant, l'Alliance, décidée à se venger, y était également et ,suite à ces événements, la fragile paix récemment établie se brisa. Juste après, Jaina, contrainte par la force des choses, téléporta d'urgence les membres de l'Alliance à l'extérieur de la ville afin d'éviter que des morts supplémentaires viennent envenimer la situation entre les deux camps. Thrall déplora la fin de la paix avec l'Alliance et Varok lui rappela que malgré tout il devait mener la Horde.

Pendant la guerre en NorfendreModifier

Alors que Thrall et Garrosh revenaient tout juste d'une réunion tenue à Dalaran, Varok leur remit un message venant du Saccageur-des-cieux Korm Noire-Balafre qui venait d'arriver au Bastion Chanteguerre. Thrall présenta ses condoléances à Varok pour son fils Dranosh, en réponse ce dernier lui dit qu'il était mort avec honneur et qu'il sera vengé lorsque le Roi-liche trépassera.

La chute du Roi-LicheModifier

Saurfang ICC

Varok se tenait à l'entrée avec Garrosh, Tirion et Darion Mograine lorsqu'il entendit les cris de Bolvar Fordragon résonner et déchirer le silence de mort de la Citadelle. Il donna l'ordre de sauver le paladin ce qui aurait amélioré les relations Horde/Alliance. Pour ce faire, il demanda aux champions présents de libérer un passage vers un point d'accostage afin d'utiliser le Marteau d'Orgrim pour rejoindre les hauteurs.

Les champions réussirent et, sous le commandement du Haut Seigneur Varok Saurcroc, le Marteau d'Orgrim prit de l'altitude. Très vite, ils furent attaqués par le vaisseau de l'Alliance, le Brise-Ciel, commandé par Muradin Barbe-de-Bronze. Après un abordage forcé, les champions de la horde réussirent à saboter le vaisseau de l'Alliance qui dut amorcer une descente.

(Note : Il me semble avoir lu d'un post MJ sur le forum WoW qu’officiellement pour le Lore, c’est l’Alliance qui sort vainqueur de cette bataille - À confirmer)

Arrivé dans les hauteurs, le vaisseau s'ancra contre la Citadelle et les troupes de la Horde commencèrent le débarquement. À peine quelques mètres franchis qu’ils furent accueilli par une personne que Varok connaissait très bien : son regretté fils Dranosh, mort au combat peu de temps auparavant. Relevé en Non-mort et sous l'influence du Roi-liche, Dranosh proposa à Varok de le rejoindre en tant qu'allié mais il refusa. Il lui dit que son fils était déjà mort lors de la bataille d'Angrathar, qu'il n'était là que pour récupérer son corps. Il expliqua que son nom "Dranosh" signifiait "Cœur de Draenor" en orc et qu'il avait tout fait pour le dissimuler aux démonistes, caché par les anciens à Garadar. Il avait promis à sa femme, mère de Dranosh, qu'il traverserait la Porte des ténèbres seul même s'il devait en mourir, son fils serait à l'abri de la corruption. À la fin de ce discours, Dranosh attaqua mais les champions de la Horde s'opposèrent à lui et le tuèrent.

Varok pleura toutes les larmes de son corps agenouillé sur la dépouille de son fils. Il le porta avec amour et attention en expliquant qu'il aura une cérémonie approprié en Nagrand aux côtés de sa mère et de ses ancêtres. Avant de partir, il dit aux champions que peu importe comment tourne la bataille, il ne faut jamais abandonner.

(La version Alliance est quelque peu différente. En effet à la mort de Dranosh, un Zeppelin de la Horde débarqua de nulle part et Varok en sorti. Il expliqua à Muradin et les champions de l'Alliance présents qu'il était simplement venu récupérer le corps de son regretté fils. Mais le nain ne semblait pas être coopératif et se mis en garde à l'encontre du père endeuillé. C’est alors qu'un portail apparu d'où émergèrent Varian et Jaina. Le roi demanda alors à Muradin de laisser Varok reprendre le corps de son fils car les soldats présents au portail du courroux lui avaient raconté comment Dranosh et ses troupes s'étaient battues dos à dos avec l'Alliance contre le Fléau. Varok remercia le roi et lui dit qu'il n'oubliera jamais ce geste.)

CataclysmeModifier

L'Effondrement : Prélude au Cataclysme Modifier

Logo novel Le contenu de cette section évoque du contenu exclusif aux romans sur Warcraft.
A la fin de la guerre contre Arthas en Norfendre, Cairne se rendit au Bastion Chanteguerre. Le Chef Tauren s'inclina devant Varok lui faisant part de sa tristesse face à la mort de son fils et lui dit  que même si à notre mort nos corps disparaissent, peu importe le temps tout le monde se souviendra avec quel honneur Dranosh tomba au combat .Varok fût touché par ces paroles et confia a Cairne qu'il était soulagé que la guerre soit terminé car la Horde avait beaucoup perdu.

Garrosh décida de laisser son ancien conseiller en poste au Bastion Chanteguerre à contempler les rats et les arraignées tandis que le gros des troupes retourna en Kalimdor. Bien que Varok soit un guerrier hors pair, cet acte fût surement une punition mais cela lui servit car il ne voulait pas suivre la soif de sang de son nouveau Chef de guerre.

Les brumes de PandarieModifier

Mop-Logo-Small Cette section concerne des contenus exclusifs à Mists of Pandaria.

Le Siège d'OrgrimmarModifier

Varok partit pour Orgrimmar afin de tenir la promesse qu'il avait faite à Garrosh des années plus tôt. Accompagné de Thrall , ils arrivèrent à l'entrée ouest d'Orgrimmar mais les Kor'kron leur barraient le passage.
Vision du temps 01:08

Vision du temps "Arrivé de Thrall et Varok a Orgrimmar

Thrall leur expliqua qu'il voulait simplement parler avec Garrosh mais malgré le fait qu'il fût leur Chef de guerre, les Kor'kron refusèrent catégoriquement de les laisser passer.

Nazgrim arriva à ce moment et, étonné de leur présence, leur demanda pourquoi ils étaient ici. Varok lui expliqua qu’ils devaient parler à Garrosh et que cela pouvait être la dernière chance d'éviter la guerre. Nazgrim réfléchit un long moment silencieusement et afin de permettre à Thrall et Varok de passer sans contredire les ordres de Garrosh, il demanda aux Kor'kron présents de se rendre immédiatement sur le front.

Les Kor'kron bien qu'hésitants sur l'instant obéirent finalement, laissant le champ libre pour les deux orcs. Nazgrim, avant de repartir, tint à leur dire qu'une fois à l'intérieur il ne pourrait plus assurer leur sécurité.

Varok et Thrall s'introduisirent dans la forteresse du chef de guerre. Varok sera gravement blessé dans un combat contre les Mantides auxquels il a tenu tête pendant que Thrall continuait son chemin en direction de Garrosh. Plus tard, il rencontrera les héros venus destituer Garrosh et il leur demandera ce qu'il en était de Nazgrim. Ces derniers lui annoncèrent qu'ils n'avaient eu d'autre choix que de le tuer. Cela attrista profondément Varok de l'apprendre, étant donné que Nazgrim ne fut pas plus qu'un serviteur loyal au Chef de Guerre. Varok demanda aux héros de rejoindre Thrall et de finir ce qu'ils avaient commencé.

À la suite de cela, il récupéra sa hache plantée dans le corps encore chaud du Mantide gisant à ses pieds et regagna la surface en précisant qu'il survivrait.

Crimes de guerre Modifier

Logo novel Le contenu de cette section évoque du contenu exclusif aux romans sur Warcraft.

Varok Saurcroc accompagna Go'el et Eitrigg en Pandarie pour le procès de Garrosh. Il approuva l'idée de faire de Baine Sabot-de-sang le défenseur de Garrosh. Plus tard au cours du procès il fût appelé comme témoin par Tyrande Murmevent qui ne manqua pas de rappeler la haute estime que lui porte la Horde tout comme l’Alliance.

Quand Tyrande esquissa une forme de compassion envers la tragédie qu'il a vécu avec son fils Dranosh au cours de la guerre contre le Roi-liche, Varok lui repondit qu'il n'avait jamais demandé de traitement de faveur et que d'autres avaient tout autant souffert des atrocités du Roi-liche. Il confia ensuite qu'il aime la Horde de tout son être et qu'il était prêt à tuer et mourir pour elle, même si il regrette certaines des actions qu'il a pu commettre dans le passé et dont il assume totalement la responsabilité.

Varok avait fait part de ce sentiment à Garrosh et Tyrande choisit de présenter une vision du passé à l'aide de l'artefact magique inventé par Kairoz, montrant une discussion conflictuelle de Garrosh et Varok au Bastion Chanteguerre en Norfendre. Ce que l'accusatrice Murmevent souhaitait faire entendre était la menace de mort que Varok avait proférée envers Garrosh si ce dernier ramenait la Horde sur le chemin maudit des ténèbres.

Puis, ce fût au tour du défenseur Sabot-de-sang d'interroger Varok. L'orc lui confia qu'il pourrait parfaitement assassiner Garrosh de ses propres mains car selon lui, il avait effectivement fini par conduire la Horde sur un chemin maudit et c'est la raison pour laquelle il s'était insurgé contre l'ancien Chef de guerre.

Cependant, Saurcroc ne souhaitait pas qu'il soit condamné à mort par le tribunal Pandaren ou une race autre que des orcs. De par l'amour réel que Garrosh porte à son peuple et ses traditions, Varok pensait qu'il méritait d'être jugé selon les coutumes orques et qu'une Mak'gora les opposant déterminerait si il devait mourir ou vivre pour expier ses crimes.

Galeries Modifier

AnecdotesModifier

  • Après les évènements d'Ahn'Qiraj, il est devenu une icône culturelle chez certains joueurs (surtout américains) qui ont créé plusieurs "Saurfang facts", dans le même style que les Chuck Norris facts. Cela est peut-être dû au fait que, pendant un moment, il pouvait être contrôlé mentalement par les joueurs de l'Alliance et, grâce à un bug, pouvait utiliser sa compétence exécution avec une barre de rage pleine, ce qui fut à l'origine de vidéos de certains des meilleurs coups critiques de WoW.
  • Pendant la Blizzcon 2013 , Chris Metzen confia que Varok Saurcroc serait son choix personnel en tant que nouveau leader des Orcs.

Références Modifier

Wikis de Wikia à la une

Wiki au hasard